Translate

vendredi 1 décembre 2017

Coutumes de Noël en Estonie



Ilusaid Jõulupühi (ou Häid Jõule) : Joyeux Noël !
Head uut Aastat : Heureuse nouvelle Année !


Voici un article sur les coutumes de Noël en Estonie . Je l'ai trouvé sur le site de l' Ambassade d'Estonie en France .



Noël reste une des fêtes les plus importantes célébrées en Estonie


Pour les Estoniens, Noël est un mélange de tradition et de modernité, de profane et de religieux.Comme dans d’autres pays nordiques, Noël se fête principalement le soir du 24 décembre. Néanmoins, la période de Noël commence avec l’Avent, lorsque l’on achète les calendriers ou les bougies de l’Avent.
Chaque année, le 24 décembre, le Président estonien proclame la trêve de Noël, conformément à une tradition estonienne vieille de 350 ans.



Les traditions populaires


En Estonie, Noël s’appelle jõulud, un mot d’origine pré-chrétienne


Dans la tradition populaire estonienne, Noël a une double signification : d’une part, c’est la naissance du Christ et d’autre part, c’est toute la période des fêtes de la mi-hiver.
En Estonie, Noël se caractérise par des festivités simples et d’origine païenne ; la magie et le mysticisme côtoient le sacré et le spirituel.
Dans le calendrier populaire traditionnel, le temps de Noël commence le 21 décembre, jour de la Saint-Thomas, et dure jusqu’à l’Épiphanie le 6 janvier.
Sur les îles et la côte, la période des fêtes dure un jour de plus, jusqu’à la Saint-Canut le 7 janvier.


Les fêtes de Noël sont célébrées entre le 25 et le 27 décembre et l’événement le plus important est la veille de Noël le 24 décembre. Les trois temps forts de la période de Noël dans le calendrier populaire estonien sont :

 - la veille de Noël (24 décembre), les premier, deuxième et troisième jours de Noël   (du 25 au 27 décembre)
 - le réveillon du Jour de l’an et le Jour de l’an
 - l’Épiphanie






Toutefois, dans certains endroits du Sud de l’Estonie, les fêtes de Noël sont également appelées talvistepüha (fête d’hiver). On considère qu’il s’agit de l’influence directe de la Lettonie voisine où Noël est appelé Ziemas svetki (fête d’hiver).



Pendant des milliers d’années, les peuples ont célébré les solstices d’hiver et d’été qui, dans la tradition populaire estonienne, correspondent à Noël et à la nuit de la Saint-Jean (23-24 juin).
Le mot näärid, d’origine germanique, est également utilisé pour désigner les fêtes d’hiver. Il s’agissait de la seule fête de fin d’année officielle dans l’Union soviétique athée. Dans une certaine mesure, les mots jõulud et näärid, qui désignent les fêtes de fin d’année, avaient la même signification.


Jõulud en tant que solstice d’hiver, jour le plus court et nuit la plus longue de l’année, est célébré entre le 21 et le 25 décembre. D’après la tradition populaire, "le Soleil était couché dans son nid" et l’on célébrait ce jour-là l’anniversaire du Soleil. Ensuite, le soleil commençait à se lever et à se diriger à nouveau lentement vers le nord.


En même temps, Noël était l’apogée des festivités de la fin de l’automne qui commençaient avec les travaux collectifs de récolte et se poursuivaient avec les fêtes de la Toussaint, de la Saint-Martin et de la Sainte-Catherine. En comparaison avec les anciennes traditions locales païennes de Noël, le lien avec Jésus-Christ est relativement récent, et ce n’est qu’au cours des tout derniers siècles qu’il a pris de l’importance. Célébrées conformément aux traditions locales, les fêtes de Noël, et particulièrement la veille de Noël, reflètent tout ce qui est lié aux habitudes et aux besoins les plus élémentaires des paysans locaux.





La période de Noël, liée à des tâches spécifiques et à des interdits concernant certains travaux, commençait à la Saint-Thomas (premier jour du solstice d’hiver) après trois ou quatre semaines de préparatifs. Pendant l’hiver, les paysans avaient suffisamment de temps pour célébrer de longues fêtes. Pour préparer la Saint-Thomas, on tuait le cochon et on brassait la bière. Certaines activités telles que moudre au moulin, filer au rouet, plumer les volailles et conduire les chevaux étaient interdites car elles étaient bruyantes et pouvaient déranger les bons esprits.


La veille de Noël et la nuit de Noël étaient les moments les plus sacrés de la période et l’on se livrait souvent à des prédictions. On prédisait le temps de l’année à venir à l’aide des étoiles et du givre. La nourriture de Noël devait rester sur la table (comme partie du culte des ancêtres) et le feu devait brûler dans l’âtre (probablement en dévotion au Soleil) pendant toute la nuit. On croyait que les forces du bien et du mal étaient en mouvement pendant la nuit de Noël et que les ancêtres visitaient la maison. On prédisait également la qualité des récoltes de l’année suivante.




En termes de traditions de Noël et de réveillon du Jour de l’an, la coutume de se rendre au sauna est particulièrement ancienne et importante. On se rendait traditionnellement au sauna la veille de Noël, après avoir préparé la maison pour les célébrations de la soirée. La pratique du bain de vapeur était répandue dans tout le pays et la même coutume avait cours la veille de la Saint-Jean. On allait traditionnellement au sauna avant le service de la veille de Noël à l’église du village.
La première surprise de Noël était pour les enfants qui recevaient de nouveaux vêtements et chaussures pour le service religieux du soir .





Les symboles de Noël




En Estonie, le Père Noël apporte généralement les cadeaux le soir du 24 décembre.





L’une des traditions paysannes les plus importantes et les plus répandues en Estonie, comme dans d’autres pays d’Europe du Nord et centrale, consistait à répandre la paille de Noël sur le sol de la maison. Bien qu’elle soit liée à la légende biblique de la naissance de Jésus-Christ, la tradition de la paille de Noël pourrait avoir une origine païenne pré-chrétienne.


En Estonie, la paille (ou parfois le foin dans le Sud de l’Estonie), restait dans la maison pendant toute la période de Noël. La paille qui jonchait le sol était un terrain de jeu pour les enfants.


Outre la tradition de la paille de Noël, les Estoniens et leurs voisins avaient coutume de faire des couronnes de Noël imitant les lustres de l’église. Probablement arrivée en Estonie depuis l’Ouest et le Sud de la Finlande, cette coutume fut tout d’abord populaire parmi la population suédophone locale, particulièrement sur l’île de Vormsi dont les habitants conservaient un contact étroit avec leurs parents de Suède et de Finlande. Les couronnes et la paille de Noël disparurent au début du 19e siècle et furent remplacées par d’autres symboles de Noël. La vieille tradition connut un renouveau dans les années 70 lorsqu’il fut à nouveau très populaire de faire des couronnes de Noël.


Par comparaison avec les autres symboles estoniens de Noël, la tradition de l’arbre de Noël est relativement récente et fut introduite par la culture germanique au milieu du 19e siècle.
Dans les villes, la coutume d’avoir un arbre de Noël à la maison fut empruntée par les Estoniens à la population germanique locale. Dans les campagnes, la tradition se répandit sous l’influence de l’aristocratie balto-germanique locale qui organisait dans ses manoirs des fêtes de Noël avec des cadeaux pour les domestiques et les enfants. Bientôt, la coutume de dresser un arbre de Noël dans les écoles, les églises et les fermes (en plus de répandre la paille de Noël) devint très populaire.


L’arbre de Noël était toujours un sapin, excepté dans quelques régions peu boisées (par ex. île de Kihnu) où le sapin était remplacé par un pin. L’arbre de Noël était décoré simplement, avec des petits jouets et des friandises. Par la suite on ajouta des bougies.


La tradition du Père Noël qui apporte des cadeaux à Noël est relativement récente mais s’est généralisée.




 Les plats de Noël




Le plat estonien traditionnel de Noël est la viande de porc 
avec de la choucroute et du boudin. 





La veille de Noël et la nuit de Noël, on avait coutume de faire des repas copieux. Avoir de la nourriture en abondance sur sa table à Noël signifiait symboliquement que l’on ne manquerait pas de nourriture pendant toute l’année à venir.
D’après une vieille tradition, on servait de sept à douze plats différents pendant la nuit de Noël. Les mets de Noël estoniens traditionnels étaient la viande de porc accompagnée de choucroute et de boudin blanc et noir. On préparait un pain de Noël spécial en forme de cochon. Pendant la sainte nuit, les animaux domestiques recevaient aussi du pain de Noël. Les boissons de Noël les plus populaires étaient la bière brassée maison et l’hydromel. Le festin de Noël différait souvent entre les régions agricoles de l’intérieur des terres et les communautés de pêcheurs de la côte.


"En Estonie ,le repas traditionnel de Noël est composé de porc avec de la choucroute et des pommes de terre, de la tête de cochon, du boudin noir et blanc, de la soupe de betterave et du pâté.

Pour le dessert, les Estoniens dégustent du pain d'épice et des biscuits appelés "piparkoogid" à la cannelle et au chocolat ainsi que des tartes aux fruits rouges.
Le tout est arrosé de bière.
Le soir de Noël, les paysans préparent une profusion de plats et ne débarrassent pas la table pour permettre aux esprits des ancêtres de revenir les visiter et ainsi faire un peu partie de la fête". 








La veille de Noël et le jour de Noël se fêtaient traditionnellement en famille.


A partir du 26 décembre, on rendait visite à la famille, aux amis et aux voisins.
La nuit du 27 décembre, on "congédiait Noël". Ce jour-là, il était également courant de se rendre à la taverne locale et de s’amuser. Les derniers jours de l’année jusqu’au réveillon du Jour de l’an étaient appelés "demi-fêtes" et l’on continuait à éviter les travaux pénibles. Les gens se rendaient visite et se divertissaient.



Les années récentes 




Chaque année, au mois de décembre, un marché de Noël se tient sur la place de l’Hôtel de ville (Raekoja Plats) 
dans la vieille ville de Tallinn




Noël en tant que fête officielle était interdit pendant l’occupation soviétique. La période traditionnelle de Noël était limitée aux fêtes de la veille du Jour de l’an et du Jour de l’an. Malgré ces restrictions, Noël était fêté de manière non officielle et de nombreux Estoniens se rendaient à l’église la veille de Noël. Après le service religieux, on allumait des bougies sur les tombes de la famille.


Cette coutume devint l’expression de la protestation pacifique de tout un peuple contre l’idéologie soviétique et la propagande athéiste en général. Le jour de Noël, un jour ouvrable ordinaire, était célébré en privé à la maison avec la famille et les amis proches.









Pendant la période de bouleversements politiques de la fin des années 80, la fête de Noël, l’arbre de Noël et le Père Noël regagnèrent la reconnaissance publique. Quelques années plus tard, l’Estonie ayant retrouvé son indépendance, Noël redevint une fête religieuse officielle.


De nouvelles coutumes, venues principalement de Finlande et de Scandinavie, ont pris de l’importance aux côtés des anciennes traditions de Noël estoniennes.
L’une des plus populaires est la célébration de pré-Noëls ou petits Noëls pendant les premières semaines de décembre. Ces fêtes où l’on mange et où l’on boit du vin chaud sont célébrées au travail entre collègues.


Chaque année, le 24 décembre, le Président estonien proclame la trêve de Noël et assiste au service religieux de Noël. La proclamation de la trêve de Noël en Estonie est une tradition vieille de 350 ans qui fut instaurée 17e siècle sur ordre de la reine Christine de Suède.







Häid Jõule
Joyeux Noël



 Häid jõule ja edukat uut Aastat 
Joyeux Noël et une nouvelle année remplie de succès

  
Uut Aastat   
Heureuse nouvelle Année




Source texte et photos : http://www.est-emb.fr/estonie/noel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire